Grosse conne...

Publié le par moimeume

Je pense que mon pote belge (non, c'est pas toi la conne) me rejoindra de nouveau sur notre situation de prof ici au Pérou.
Ce matin, je reçois une mère de famille énervée car sa fille a eu un pauvre 5/20 en Histoire de l’Art. Je lui avais pourtant bien dit quelques jours auparavant que si sa fille ne me prouvait pas qu’elle avait bien fait son travail sur la grotte de Lascaux, je ne pourrais pas modifier sa note.
Après avoir demandé de nouveau la semaine dernière si elle avait fait son travail, et n’ayant toujours pas eu de confirmation de sa part, je pensais l’affaire close.
Et vla ti pa que raboule la maman ce matin, pour me dire que je suis un mauvais professeur, injuste et sans aucune méthodologie. Je lui dis de se calmer et ne pas me parler de cette façon quand elle rajoute une couche en disant que de toute façon plusieurs parents d’élèves pensent la même chose.
Alors là j’explose en lui disant "pour qui vous vous prenez ? Vous croyez que je suis votre esclave ? Votre fille n’a pas fait son travail donc je suis un mauvais prof ?"
Là elle me dit que je suis mal criado (mal éduqué), ce à quoi je lui réponds que le fait de ne pas laisser parler les autres comme elle faisait de puis le début de notre constructive conversation, et le fait d’insulter des professeurs sans aucun fondement étaient signe de mauvaise éducation en effet.
A quoi veux-je en venir ? Cette pression constante que reçoivent les professeurs Péruviens de la part de ces parents qui ne donnent que rarement une bonne éducation à leurs enfants et qui exigent des professeurs de donner des bonnes notes à leurs petits anges.
La chance que j’ai est que je peux me permettre de répondre à cette connasse. Un prof Péruvien aurait lécher les pines, plié l’échine et accepté bon gré mal gré les insultes de cette bourgeoise, fausse blonde, mal baisée. Demain je saurai donc si je suis viré du collège ou pas. Normalement, la direction du collège prend toujours parti pour les parents car ils paient. Et ils paient bien. Donc, même si 3 jours avant, la directrice de l’école me renouvelait sa confiance et me demandait de rester absolument dans son entreprise, dans son centre éducatif pardon, car les parents étaient apparemment enchanté de mon travail (tiens donc !) je ne me fais guère d’illusion pour demain.
C’est comme le monde du football en fait !!
J’expliquais dans un article précédent que travailler avec ce genre de gamins vous pompe toute votre énergie et que je commençais à saturer avec mes 43 heures d’enseignement par semaine dont 18 dans cette usine à cons. C’est d’ailleurs pour cela que ma chef s’inquiétait de savoir si j’allais continuer ou pas et insistait pour me retenir. Je ne dois pas être un si mauvais prof après tout, comme le sont beaucoup de mes collègues d’ailleurs. Mais déjà que c’est difficile avec les gamins, alors si en plus ces bourgeoises viennent m’emmerder quand c’est moi qui donne une vraie éducation, ou qui essaie en tout cas, à leur rejeton, là je dis non ! non et renon !
Ces parents ne se rendent pas compte que le travail quotidien du prof à part les corrections et la préparation est la remise en question. Et que oui, on essaie toujours de nous améliorer pour le bien de leurs enfants, et pour personne d’autres.
En conséquence, j’ai presque hâte demain de dire librement à cette vieille blondasse ce que je pense d’elle et de sa façon de traiter les gens. Et je m’en irai la conscience tranquille. Et commencerai mes classes dans une université où 2 mois après mes débuts, on me demande avec plus d’insistance, et encore plus ce soir, après leur avoir expliqué ma matinée, d’enseigner quelques heures supplémentaires.
Je dois pas être si mauvais que ça finalement. Connasse…

Publié dans société péruvienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

@tom 29/06/2007 02:20

C'est hallucinant. Parce que les parents paient un service, ils s'imaginent qu'ils peuvent traiter les exécutants (les profs) comme des esclaves? Tu as bien fait de partir!

steph 16/06/2007 15:40

t'as raison. Te laisse pas bouffer. Je suis totalement en accord avec ta maniere de proceder. Par ailleurs, si c'est ma sensibilite que tu voulais toucher en parlant des chinois ds ton precedent post, c'est rate puisque c'est vrai ce que tu dis: ils sont partout. hehe.

ElNino 14/06/2007 20:27

Peut-être rappeler que c'est le prof l'autorité dans la classe. Tu ne dis pas textuellement que t'en as rien à foutre de son caractère bourgeois, mais tu la fais chier quand même.
Effectivement, si tu vas sur le terrain politique, tu seras "fusillé".

arno 14/06/2007 19:16

sergio, ce n'était pas l'AF mais ds un collège privé. Mais, ne t'inquiète pas, je ne dirai rien à personne...pour le moment. faudra pas me chercher, c'est tout. on est breton ou on est pas!!!
un abrazo compañero de viaje

Serge 14/06/2007 17:18

Courage Arnaud, on est avec toi... Te laisse pas faire. Tu as raison. Juste un conseil, si je puis me permettre: tiens-en toi aux faits si tu es amené à devoir te défendre devant ta boss de l'AF. Ce n'est pas le fait qu'elle est une bourgeoise qui est (vraiment) le problème, c'est bien le fait que sa fille n'a pas fait son boulot et qu'elle ne peut l'admettre, voilà! Je t'envoie plein de soutien moral, companero de viaje.